Groupe d’appui au développement rural

« Les cassaveries », un projet pour la souveraineté alimentaire, et l’amélioration du revenu des familles paysannes.

« Les cassaveries », un projet pour la souveraineté alimentaire, et l'amélioration du revenu des familles paysannes.

Alors qu’aucune plante panifiable n’est cultivée en Haïti, le manioc est une plante facile, peu exigeante. Elle donne de bon rendements, a peu de maladies, se conserve sous terre, est appréciés des gens mais : Les jeunes ne veulent plus faire de cassaves parce que le travail de transformation du manioc est très pénible et peu rentable. Le processus de transformation du manioc en galettes appelées cassaves est long et implique de nombreuses opérations physiquement pénibles :

-  Arrachage
-  Transport
-  Épluchage
-  Lavage
-  Râpage
-  Pressage
-  Emiettage au pilon
-  Tamisage
-  Cuisson

Evaluation des cassaveries collectives

• Pendant les années 80, le phénomène « cassaveries » devient une mode. Il se répand dans le pays. Beaucoup de groupements, coopératives, paroisses, projets et institutions diverses se dotent de ces instruments pour la construction desquels il est facile d’obtenir des financements.
• Face à la multiplication des ateliers, et au volume de ressources qui leur est alloué par les bailleurs de fonds, il fallait évaluer ces projets.
• En 1991, deux experts sont choisis par Misereor pour observer un échantillon de 43 ateliers de transformation de produits agricoles. Ce sont le sociologue haïtien P. Jean-Mary Louis s.j. et Roger Loozen, un ingénieur électromécanicien belge.
• Ensemble ils parcourent le pays pendant six semaines au terme desquelles ils publient un rapport très complet intitulé « Expertise des installations agroalimentaires en Haïti ».Il comporte 191 pages avec des photos, des témoignages pertinents et un tableau synoptique très complet qui présente le résultat de leur travail..
• L’expertise se termine par un séminaire de mise en commun à Port au Prince les 12 et 13 août 1991 pendant lequel tous les détenteurs de projet visités et les personnes ou institutions intéressées par le thème des traitements après récolte ont été invités.
• Le rapport final était volumineux et très détaillé, il est vite décidé d’en faire un résumé destiné aux détenteurs et aux futurs détenteurs d’installations de traitement après récolte en Haïti. En mars 1992, apparaît « le manuel des moulins » de 64 pages. Son sous-titre Unissons- nous pour combattre la faim en Haïti montre ce qui a été observé lors de l’évaluation, explique ce qui marche bien et ce qui cause des problèmes au niveau technique, économique et organisationnel. Il formule des recommandations précises sur la bonne conduite de ce genre de projet.
• En 2004 les institutions membres de la PADED ont mandaté le GADRU pour qu’il donne toute la priorité de son travail à la filière manioc pour lutter contre la faim et pour améliorer les revenus paysans.

Coopération GADRU-Codéart.
Depuis lors, convaincus de l’utilité de la démarche, les deux experts ont continué leur trajectoire professionnelle. Ils sont devenus chacun de leur côté fondateur et directeur d’institutions qui s’occupent du thème de la lutte contre la faim et de transformation des produits agricoles par les paysannes et les paysans.
Les deux institutions Gadru et Codeart coopèrent depuis leur fondation pour aider les paysans à mieux vivre avec la terre, l’eau, les plantes et les animaux, et leurs voisins et concitoyens. Ensemble ils s’activent pour que naissent des machines simples robustes et accessibles.

Critères de conception des machines :
1. machines assez grandes et efficaces pour être rentables, mais assez petites pour être appropriables par de petits entrepreneurs ruraux ou des familles.
2. machines doivent être compatibles avec le travail des femmes. Aucune opération ne doit exiger un effort musculaire excessif de façon à ce que des groupes de femmes puissent continuer à traiter elles-mêmes leurs produits.
3. les parties des machines en contact avec le manioc doivent être en matériaux résistants à l’acide cyanhydrique contenu dans le manioc.
4. L’entretien et les coûts d’amortissement doivent être minimes. Les utilisatrices et utilisateurs seront formés à entretenir leurs machines et à tenir un livre de comptes.
5. Pour être impeccable et régulier, le nettoyage doit être très facile. La récupération systématique de l’amidon et d’autres sous-produits garantira la propreté de l’atelier.
6. l’atelier soit très économe en combustible tant pour le micro moteur et pour la cuisson des cassaves. Le nouveau défi pour les ingénieurs est de réaliser des ateliers avec zéro émission de CO².
7. Le bois, combustible renouvelable à bilan carbone neutre, produit dans les systèmes agroforestiers sert à cuire les cassaves. Mais les perspectives de cuisson solaire sont envisagées en coopération avec des spécialistes.

Développement de la filière par GADRU
Malgré l’importance du manioc pour la sécurité alimentaire des familles paysannes, ce produit n’est pas travaillé stratégiquement et systématiquement jusqu’à maintenant par aucune organisation nationale. Il existe un marché du manioc qui peut être exploité si nous prenons les moyens qu’il faut pour accompagner la filière manioc dans son milieu naturel.

L’équipe filière de manioc avec une étudiante en Stage (Marie Rosine Motuo)

Pour démarrer le GADRU a entrepris deux enquêtes socio-économiques réalisées en 2008. Elles ont permis de rassembler des données quantitatives plus détaillées sur la commune de Mombin- Crochu, lieu d’ancrage de l’équipe de transformation des produits agricoles. Ensuite,
Le Gadru a mis en place une petite équipe spécialisée dans le traitement du manioc qui, dans un premier temps a trouvé une solution à la carence des boutures de manioc à Mombin crochu et contribué à la promotion de la culture au sein de la PADED. Parallèlement, elle a assuré le suivi technique des ateliers et le dialogue avec CODEART pour l’ajustement de la technologie aux besoins et à la réalité du terrain.

Etudes réalisées.

En 2009, Laurent Helsemans et Fatima El Handouz, deux étudiants de l’Université de Liège’ ont réalisé leur stage de fin d’études en Haïti sur « La commercialisation de la cassave : contribution à la professionnalisation de la filière de manioc en Haïti » et « Le processus de transformation du manioc depuis la récolte jusqu’à l’obtention des cassaves ». Dans le cadre de leurs travaux de fin d’étude pour un master en Administration, ces étudiants ont sillonné le Nord, le Nord-Est, le Plateau Central, le Sud et l’Ouest pour essayer de comprendre les multiples dimensions de la filière manioc.

Leur stage consistait à approfondir la question de la filière manioc sur le plan technique et sur le plan commercial. La programmation a intégré plusieurs possibilités de recherche et de connaissance d’expériences en matière de transformations et de commercialisation du manioc. Leurs activités se résument ainsi :

 Diagnostic de certains ateliers de transformation de manioc à Mao (République dominicaine), Carice, Grande Savane, Mombin, Cap Haïtien, Papaye, Rivière Froide, Camp Perrin, Cayes.
 Étude sur la commercialisation des produits à base de manioc dans les marchés populaires et dans les supermarchés
 Contacts et Tentatives de commercialisation avec d’autres institutions (BND, PNCS, Caritas, PAM, PAPDA).

Atelier Mao en République dominicaine

En 2011, Virgine Decrême, étudiante en ’Masteringénieur chimie et bio-industrie’, Université de Liège est venue en Haïti pour ses travaux de fin d’études sur « Contribution à la standardisation de la production de la cassave en vue de sa revalorisation sur le marché Haïtien ». Ses études portaient sur ce qui influence la qualité de la cassave, valeur nutritive, l’emballage

En 2013, GADRU a reçu l’étudiante en master, Marie Rosine Motuopour son travail de fin d’études sur « Contribution à l’amélioration de la valeur nutritive des cassaves »

ATELIERS INSTALLÉS

# Départements Lieux d’installation Organisations / Institutions Année
1 Nord-Est Grande Savane GADRU - Mombin-Crochu 2008
2 Nord-Est Cangar / Mombin-Crochu GADRU - Mombin-Crochu 2010
3 Nord-Est Grosse Roche/Vallières GADRU - Grosse Roche 2010
4 Nord-Est Wandeya / Mont-Organisé GADRU - Carice 2010
5 Nord-Ouest Mahotière /Port-de-Paix GADRU - Mahotière 2010
6 Nord-Est Bois de Laurence/Mombin-Crochu GADRU - Mombin 2011
7 Ouest Lamardelle / Port-au-Prince Fondation Enfants Jésus 2011
8 Ouest Gressier / Léogane ITECA 2012
9 Centre Thomassique Paroisse Thomassique 2012
10 Nord-Est Corosse / Vallières GADRU - Corosse 2013
11 Sud Laborde / Cayes ACAPE 2013
12 Grande-Anse St-Victor / Abricot CARITAS- Jérémie 2013
13 Nord-Est Laguamithe/ Mombin-Crochu GADRU - Mombin-Crochu 2014
14 Sud Marceline / Camp Perrin DCCH 2014
15 Sud Cavaillon DCCH 2014
16 Sud Source de Vie Père Pascale Edmond 2014
17 Nord-ouest Caritas Port-de-Paix 2015

Dans la même rubrique

Commentaire

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.